Crise humanitaire aiguë en Haïti. Un foyer de résistance nommé ZENITH FM

Haïti Renaitra : Crise humanitaire aiguë en Haïti. Un foyer de résistance nommé ZENITH FM

  • Par Jean Willer Marius et Jean Jackson Michel.

L’histoire est cohérente. Toutes les luttes en vue de l’émancipation des peuples opprimés sont solidaires du même principe : un groupe de gens aisés et corrompus soutenu par un gouvernement despotique, parce que faible, une parodie de justice et le silence de l’autre acquis à coup de millions. De l’autre côté, un petit groupe de rebelles risquant à chaque instant leur vie pour dénoncer, informer et aussi invectiver.

Les moins de trente ans ne peuvent pas connaitre la lutte menée par la radio soleil et son journaliste mythique face à la dictature des ancêtres de ti Nicolas à leur quartier-général du crime : Fort-Dimanche. Des victimes de ce régime sanguinaire continuent toujours de lutter au micro, mais sont assagies un tant soit peu par l’âge et les incendies criminels répétés de leurs locaux. Et puisque la lutte pour la survie est éternelle, ils ont aujourd’hui la radio Zénith comme nouveau foyer de résistance, sans langue de bois.

Pour jeter le discrédit sur ce groupe de journaliste Grenn nan Bouda qui leur vole la vedette à presque toutes les heures du jour et de la nuit, plus d’un affirme qu’ils prêchent la violence avec de gros mots en mentant, que la presse ne saurait se constituer en tribunal et qu’il revient à la justice de faire son travail. Le bredjen qu’on a cru nous offrir en ultime insulte comme premier ministre a eu la brillante idée après celle de la vente des cabris a un prix exagéré à l’état haïtien et soutenu par un agronome en mal de paraître, a proposé qu’on ferme tout simplement cette station de radio. Mais la radio Zénith continue de fonctionner même sans publicité. Et le peuple en est accro. Pourquoi ?

Communication politique oblige et preuve patente de l’effondrement de l’état, la Radio Zénith force un peu la note pour décrire la misère du peuple et sa lutte sempiternelle menée à travers tout le pays quand les autres nous font croire que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Les oreilles de ces partisans de ti simone sont devenues tout à coup chastes. La radio Zénith est l’une, sinon la seule station de radio à forcer l’opinion internationale sur la réalité des massacres perpétrés sur le peuple de la Saline, de l’Arcahaie et de Carrefour-Feuilles par de hauts dignitaires toujours en poste de ce pouvoir génocidaire; et qui détient un registre complet de toutes les victimes de répression policière depuis que la lutte pour la survie a démarré, quand les autres s’en foutent comme de l’an 40. Désormais les victimes ont un nom et une famille, que la  honte soit sur vous !

Un indice clair permet de repérer tout abolotcho. Il n’a qu’à lâcher cette phrase qui sonne comme une gifle à nos visages : Il faut permettre à la justice de faire son travail. Alors, ils sont vraiment assurés que rien ne va se faire. Aya, toujours sous le couvert de son immunité pour faire circuler de la drogue, diriger un gang et kidnapper des gens, réclame à présent son siège de membre de bureau au sénat de la république voyant que les portes du pénitencier ne vont pas de sitôt s’ouvrir sur les suppôts de ce président fou, quelles que fussent leurs exactions. PP Dumont n’est pas convaincu que Michel cabrit a versé 100 000 dollars par tête de bétail au sénat. Le commissaire du gouvernement joue la comédie. Quelle triste époque !

Heureusement que les internautes, toujours sur la balle, nous bombardent chaque jour de photos, de voices (son) et de vidéos sur tout ce qui se passe dans la réalité. Ces données d’archives précieusement conservées sur le téléphone de chacun constitueront autant de pièces à conviction au cours des procès qui devront se tenir dans le pays, quand ces voleurs arrogants auront été évincés et mis à leur place au pénitencier.

Un musée, où seront exposées toutes ces images reflétant notre combat, sera érigé par le Ministère du Bonheur quand le peuple haïtien retrouvera enfin le goût de vivre comme un être humain à part entière afin que plus jamais, ces hai-syriens aidés des nôtres ne reviennent nous abêtir et nous avilir.

  • Merci Zénith
  • Septembre 2019
print